Accueil

 

     

 

 
 
 

La Chine en bref

 
 
 
     

Les finances et les assurances

Le système financier
Au cours de ces dernières décennies, la Banque populaire de Chine a joué le rôle de banque centrale tout en se chargeant des opérations de crédits et de réception de dépôts. Ce n'était donc pas une banque centrale proprement dite, ni une banque commerciale régie par les règles de l'économie de marché. Depuis la mise en application en 1979 de la politique de réforme et d'ouverture, une série de mesures importantes ont été prises pour réformer les finances chinoises, et renforcer l'ouverture vers l'extérieur, ce qui a assuré aux finances chinoises un développement régulier. Fin 2006, les établissements bancaires chinois possédaient un montant d'épargne de 34 806,5 milliards de yuans (y compris les devises) et un solde créditeur de 23 851,9 milliards de yuans (y compris les devises). A l'heure actuelle, un système bancaire s'est constitué essentiellement en Chine, dans lequel la banque centrale joue le rôle de régulation et de supervision, les banques d'Etat agissent comme partie principale, les finances liées à la politique sont distinctes des opérations commerciales, et divers établissements bancaires coopèrent entre eux tout en se complétant dans leurs fonctions respectives.

 


Depuis 1984, la Banque populaire de Chine ne s'occupe plus d'opérations de crédits ni de dépôts ; elle assume officiellement les fonctions de banque centrale consistant à exercer son macro-contrôle et sa supervision sur les finances du pays. En 1994, la Banque industrielle et commerciale de Chine, la Banque de Chine, la Banque agricole de Chine et la Banque de Construction de Chine ont été converties en banques d'Etat commerciales. A la même époque ont été créées trois banques liées à la politique : la Banque de Chine pour le développement agricole, la Banque nationale de Développement, et la Banque de Chine pour l'import-export. En 1995, la Loi sur les banques commerciales a été promulguée, ce qui a non seulement créé les conditions favorables à la mise en place d'un système de banques commerciales et d'organisations connexes, mais aussi jeté les fondements juridiques nécessaires à la reconversion des banques spécialisées d'Etat en banques nationales commerciales. Depuis 1996, le système organisationnel des finances s'est perfectionné progressivement. Grâce à la réforme, les banques commerciales d'Etat ont été converties en entreprises financières modernes. Plus de 120 banques commerciales par actions de petite et moyenne importance ont été créées et réorganisées. Les organismes financiers des valeurs et des assurances ont été standardisés et développés. En avril 2003, la Commission chinoise pour le contrôle et la gestion des banques a été fondée ; ainsi un système de contrôle et de gestion des finances a été établi, dans lequel les Commissions pour le contrôle et la gestion des banques, des valeurs et des assurances se partagent le travail et se coordonnent mutuellement.
La caisse d'épargne postale de Chine, créée en 2006, a développé sa relation de complémentarité avec les autres banques commerciales pour fournir un service financier de base aux habitants des quartiers urbains et des régions rurales.
 



La monnaie chinoise et le système des devises étrangères
Le renminbi est la monnaie légale chinoise, émise et contrôlée par la Banque populaire de Chine. Le cours du change du renminbi est défini par la Banque populaire de Chine et publié par le Bureau d'Etat du Contrôle des devises. La Chine exerce, par l'intermédiaire du Bureau d'Etat du Contrôle des devises, une gestion unifiée des devises.

 


En 1994, la Chine a mené une réforme du système de contrôle des devises, par laquelle elle a réalisé l'unification des taux de change du renminbi, mis en pratique dans les banques le système de liquidation, de vente et de change, et instauré les marchés unifiés de change interbancaires. Sur cette base, elle a intégré en 1996 l'achat et la vente de devises effectués par les entreprises à capitaux étrangers dans le système de liquidation, de vente et de change des banques, et réalisé par avance la conversion du renminbi pour les opérations courantes après avoir accepté officiellement la clause 8 de l'accord du Fonds monétaire international le 1er décembre 1996. En même temps, la Chine a participé et stimulé activement la coopération financière en appliquant la double convertibilité des monnaies avec l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, le Japon et la République de Corée (10+3). Fin 2006, les réserves en devises de la Chine étaient de 1 066,3 milliards de dollars américains. La part de la Chine dans le Fonds monétaire international est passée du 11e au 8e rang. Par ailleurs, la variété des opérations financières s'est multipliée sans trêve, et un certain nombre de nouvelles opérations ont été lancées, conformes aux diverses opérations financières modernes internationales, comme les crédits à la consommation, les fonds d'investissement en titres et les assurances liées aux investissements.
 



L'ouverture vers l'extérieur du système bancaire
Depuis son adhésion à l'Organisation mondiale du Commerce fin 2001, le secteur bancaire chinois a ouvert ses opérations en devises et autorisé les banques étrangères à pratiquer, en 2005, des opérations en renminbi dans 25 villes chinoises. Maintenant les opérations en renminbi sont pratiquées à destination des entreprises à capitaux exclusivement étrangers, des étrangers, des clients de Hongkong, Macao et Taiwan et des entreprises chinoises. Ces dernières années, la Chine a continué à réformer son système financier, y compris l'autorisation des apports en numéraire dans les banques commerciales d'Etat, le taux d'intérêts orienté vers le marché, etc., permettant ainsi aux finances chinoises d'accélérer le pas pour s'aligner sur le secteur financier international. A l'heure actuelle, 27 organismes financiers étrangers sont devenus actionnaires de 20 banques commerciales chinoises au niveau national et local.

 


Fin juin 2005, 71 banques de 21 pays ou territoires du monde ont créé 183 filiales, 14 organes et 242 bureaux de représentation en Chine dont 103 filiales et 7 organes au statut de la personne morale ont été autorisés à pratiquer les opérations en renminbi. Les Règlements révisés sur la gestion des banques étrangères ont été promulgués le 15 novembre 2006 par le gouvernement chinois, aux termes desquels les banques étrangères peuvent pratiquer les opérations en renminbi en Chine à partir du 11 décembre 2006. Selon les stipulations de ces règlements, les banques étrangères au statut de la personne morale jouissent du même « traitement national » que toutes les banques chinoises. La Commission chinoise pour le contrôle et la gestion des banques a également autorisé les banques étrangères à pratiquer des opérations de tutelle QFII, d'affaires d'agence des assurances, de tutelle d'utilisation des capitaux d'assurance en devises étrangères à l'étranger et de tutelle d'actions et de biens des compagnies d'assurance.
Parallèlement, les diverses banques commerciales chinoises ont créé elles aussi des succursales à l'étranger afin de mener des opérations de crédit internationales et parmi elles, la Banque de Chine possède le plus grand nombre de succursales dans le monde. En 1980, la Chine a recouvré son statut de pays membre de la Banque mondiale et a réintégré le Fonds monétaire international. En 1984, elle a établi des relations professionnelles avec la Banque des Règlements internationaux ; en 1985, elle a adhéré officiellement à la Banque africaine de développement, et en 1986, elle est devenue pays membre de la Banque asiatique de développement.
 



Les marchés boursiers
En 1990 et 1991, la Chine a créé successivement des Bourses de valeurs à Shanghai et à Shenzhen. Durant plus de dix ans, les marchés boursiers chinois, connaissant de grands changements d'ampleur, et passant du désordre à l'ordre, ont effectué un parcours que beaucoup de pays auraient dû faire en plus d'un siècle. Les marchés boursiers de la Chine ont favorisé la réforme des entreprises d'Etat et le processus de transformation de leurs systèmes, et rendu possible le passage stable d'un système à l'autre. Pour les citoyens, le dépôt ne constitue plus le seul moyen de gérer leur patrimoine familial. Les marchés boursiers sont devenus l'un des canaux les plus importants de placement.

 


Avec le perfectionnement continu des moyens de transactions des valeurs, un réseau de transaction et de liquidation des titres a été mis en place sur tout le territoire chinois avec en tête les Bourses de Shanghai et de Shenzhen. Les techniques de distribution des titres et de transactions électroniques ont atteint le niveau d'avant-garde mondial. D'après les statistiques de 2006, il existait, dans l'ensemble du pays, 1 434 sociétés cotées, avec une valeur totale de 8 940,4 milliards de yuans. 128 actions A et deux attributions d'actions ont été émises, qui ont drainé 264,4 milliards de yuans ; l'émission de 34 actions H a permis de collecter 313,1 milliards de yuans.
 



Les assurances

 


Après une suspension de deux décennies, les assurances chinoises ont repris leurs activités en 1980. En 1981, la Compagnie d'Assurance du Peuple chinois, institution administrative, a été transformée en compagnie spécialisée, avec des succursales réparties dans les provinces, les régions autonomes et les municipalités relevant directement de l'autorité centrale, et des bureaux dans les districts. En 1988, ont été créées la Compagnie d'Assurance de la Paix et la Compagnie d'Assurance du Pacifique, qui déploient leurs activités principalement dans les régions côtières. En 2003, la Compagnie d'assurances par action sur propriété du Peuple chinois (PICC) et la Compagnie d'assurances par action sur la vie du Peuple chinois (China Life) ont été respectivement créées. La promulgation de la Loi sur les assurances en 1995, et la fondation de la Commission pour le contrôle et la gestion des assurances de Chine en 1998 ont fourni au marché des assurances des fondements juridiques et des règles de fonctionnement. En 1980, il n'existait qu'une compagnie d'assurance en Chine. En 2006, 98 compagnies d'assurance chinoises ont reçu une prime de 564,1 milliards de yuans et versé une indemnité de 143,9 milliards de yuans.
Les assurances chinoises ont recherché et exploité activement le marché international. 43 succursales chargées des opérations d'assurances et 9 bureaux de représentation ont été établis en Asie du Sud-Est, en Europe et en Amérique du Nord.