Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

 

 

 

Le développement des voitures partagées met à l'épreuve les installations urbaines

La Chine a récemment publié une directive pour soutenir l'industrie florissante des voitures partagées.

Le service de partage de voitures est une alternative au transport en commun urbain et allège la demande croissante de voitures privées, selon le document publié conjointement par le ministère des Transports et le ministère du Logement et de la Construction urbaine et rurale.

Selon un rapport sur les voitures partagées en Chine publié par Strategy&, le pays comptait, début juillet, plus de 300 sociétés de partage de voitures, etenviron 30.000 voitures partagées étaient en service. Durant lescinq prochaines années, le marché des voitures partagées augmentera de 50% par an.

Cependant, bien plus que le vélo partage, le développement des voitures partagées place lesgrandes villes face à des défis de taille, et met à l'épreuve les installations publiques urbaines.

Le premier défi concerne l'immatriculation des voitures. Beaucoup de grandes villes ont misen place des quotas pour les nouvelles plaques d'immatriculation afin de réduire les embouteillages et lutter contre la pollution.

"Nous avions prévu de mettre sur lemarché environ dix mille voitures partagées dans la ville de Shenzhen, mais la Commission du Transport de Shenzhen ne peut pasnous donner autant de plaques d'immatriculation," déplore Wu Bo, directeur général de la société Baogang Energy basée à Shenzhen.

La société a été obligée de ramenerson objectif à 4.000 voitures, a ajouté M. Wu, confiant avoir rencontré plus de difficultés que prévu.

Autre défi, en plus du quota deplaques d'immatriculation, le stationnement. La société estconfrontée au problème des parkings. Les grandes villes ne comptent pas suffisamment de parkings et le coût du stationnement resteélevé.

Baogang Energy voulait louerenviron 200 parkings supplémentaires dans les arrondissements de Shenzhen, mais pour le moment, elle n'en a loué qu'une trentaine.

Troisième défi enfin, celui de l'autonomie de ces voitures. Actuellement, près de 90% des voitures partagées sont des véhicules à énergies nouvelles. La question des bornes de recharge n'est pas encore totalement résolue dans lesvilles.

Les autorités des villes telles que Beijing et Shanghai encouragent et soutiennent clairement le développement des voitures partagées, mais elles n'ont encore pas dévoilé le détail de leur règlementation en termes de gestion et d'aides.

Autour des aéroports et des garesdes grandes villes, le nombre de voitures partagées reste largement insuffisant. Le marché des voitures partagées a un potentiel énorme.

Cependant, il existe une contradiction entre l'essor des voitures partagées et les limites de plus en plus criantes des ressources publiques.

Des experts estiment que les gouvernements doivent lancer des études et des mesures d'accompagnement afin que les installations publiques s'adaptent au développement du marché des voitures partagées.

L'économie du partage du pays a affiché un volume de transactions de 3.450 milliards de yuans (514 milliards de dollars), plus du double qu'en 2015, d'après unrapport du Centre national de l'Information rendu public enmars.



Source : Agence de presse Xinhua
Mis à jour le 28-08-2017