Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

 

 

 

La CRRC sur la voie rapide de l'expansion mondiale
 


La China Railway Rolling Stock Corp, constructeur des véhicules ferroviaires du pays, prévoit d'établir 11 succursales régionales à travers le monde d'ici 2020 et d'atteindre des marchés clés tels que l'Europe, l'Amérique du Nord, la Russie et les pays d'Asie centrale, a déclaré un haut responsable.

Ces 11 branches régionales seront installées dans des pays comme la Russie, le Royaume-Uni, l'Afrique du Sud et l'Australie. L'entreprise souhaite fabriquer des trains, acheter des pièces et créer des installations de maintenance et de service via une stratégie de localisation ainsi qu'en embauchant des employés locaux au sein des marchés clés.

La CRRC a mis en place sa première branche régionale d'Amérique du Nord dans l'Etat américain du Massachusetts l'année dernière. Cette branche est conçue pour coordonner ses activités et participer aux appels d'offres aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique.

Le président de la CRRC, Xi Guohua, a déclaré que le groupe prévoit de conclure une ou deux opérations d'acquisition à l'étranger cette année et d'accélérer les exportations de ses produits et de ses normes techniques pour les trains électriques pouvant atteindre 160 km/h, les rames électriques articulées multiples (EMU trains en anglais), les trains roulant aux nouvelles énergies, et les wagons de transport combiné (ferroutage).

La CRRC est actuellement en pourparlers avec l'entreprise tchèque Skoda Transportation AS pour une prise de participation de 100%, visant ainsi à accroître sa part de marché sur les marchés ferroviaires européens.

La société tchèque produit principalement des tramways, des locomotives électriques, des voitures et des bus électriques, ainsi que des moteurs de traction et des modèles complets de propulsion pour les systèmes de circulation. Si l'accord est conclu, ce sera la première fois que le groupe chinois prend le contrôle d'un fabricant d'équipements complets de transport ferroviaire.

« Notre stratégie de développement de marché a déjà évolué, passant du simple envoi de trains vers les marchés étrangers à la construction d'un réseau mondial pour concurrencer les compagnies étrangères déjà établies », a indiqué Xi Guohua.

La CRRC espère prendre 10 à 15% des parts de marché au niveau mondial et s'attend à voir une augmentation du volume total de ses commandes à l'étranger à 15 milliards de dollars en 2020.

« Bien qu'il y ait beaucoup d'argent à gagner via la vente de trains, fournir des services de maintenance et vendre des trains directement sur les marchés étrangers peut également être rentable et pratique », a déclaré Feng Hao, chercheur en transport ferroviaire au sein de la Commission nationale pour le développement et la réforme

La concurrence est féroce. Des rivaux étrangers tels que Siemens AG (Allemagne), le Groupe Alstom (France) et Bombardier Inc (Canada) ont tous construit leur réseau mondial de services et de vente pour augmenter leur chiffre d'affaires sur les principaux marchés étrangers en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.

La CRRC a jusqu'à présent mis en avant un certain nombre de produits, dont des trains à grande vitesse pouvant atteindre 350 km/h, des navettes à sustentation magnétique de moyenne à basse vitesse, des trains de banlieue à grande vitesse fonctionnant à une vitesse maximale de 140 km/h, des wagons de transport combiné, des tramways fonctionnant à l'hydrogène, et une locomotive hybride fonctionnant au pétrole et à l'électricité, et ce tant sur les marchés domestique que mondiaux.

En plus de la fabrication de trains, la CRRC a diversifié ses catégories de produits pour inclure des semi-conducteurs, des véhicules fonctionnant aux nouvelles énergies, de nouveaux matériaux, des produits d'ingénierie offshore et des robots industriels.

La CRRC Zhuzhou Locomotive Co Ltd, une filiale de la CRRC basée au Hunan, a annoncé la semaine dernière avoir développé un bus intelligent visant à exploiter le marché lucratif du transport urbain en Chine et dans le monde.

Un bus standard mesure environ 30 mètres de long et est équipé de capteurs qui peuvent lire les dimensions de la route et planifier son propre trajet. Il dispose d'une capacité de 300 personnes.

Cela coûte entre 400 millions de yuans (58 millions de dollars) et 700 millions de yuans pour construire un kilomètre de ligne de métro. Un autobus de ce genre coûterait au maximum 15 millions de yuans.



Source: china.org.cn
Mis à jour le 09-06-2017