Accueil

 

     

 

 
 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

 

 

 

Forum de Boao : la Chine défend la mondialisation économique et brave les défis



 

Selon le Forum de Boao pour l'Asie (BFA), organisé dans la province de Hainan, la mondialisation économique, et non l'isolement, assurera un avenir meilleur pour l'Asie et le monde.

Le thème de la conférence, « Mondialisation et libre échange : les perspectives asiatiques », reflète l'attention portée à la mondialisation économique par la communauté internationale, en particulier les pays asiatiques, a ainsi déclaré le Président chinois Xi Jinping dans une lettre de félicitations adressée samedi à la séance d'ouverture du Forum.

Le Forum, qui se termine le 26 mars, s'inspire de la position et des efforts de la Chine en faveur de la mondialisation, en dépit d'un sentiment antimondialisation croissant.

Dans un discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture à Boao, le vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli a de son côté demandé aux pays asiatiques de promouvoir la mondialisation économique et le libre-échange et de forger une communauté de destin commun pour l'Asie et l'humanité. Pour atteindre cet objectif, a-t-il souligné, l'Asie a besoin de paix, d'innovation, d'ouverture, de partage et d'équité.

La mondialisation saluée dans le monde entier

S'appuyant sur l'innovation, Zhang Gaoli a appelé à la réforme structurelle économique, à l'utilisation des nouvelles technologies et au développement d'une nouvelle économie.

Dans son discours, le ministre a réaffirmé l'engagement de la Chine à ouvrir davantage son marché, affirmant que le pays devrait importer des marchandises d'une valeur de 8 000 milliards de dollars US (7 403 milliards d’euros) au cours des cinq prochaines années. Dans le même temps, a-t-il précisé, pendant cette période, la Chine attirera 600 milliards de dollars US (555 milliards d’euros) d'investissements étrangers, et ses investissements à l'étranger atteindront 750 milliards de dollars US (694 milliards d’euros).

« Une ceinture et une route », la voie à suivre

L'initiative « Une ceinture et une route », proposée par la Chine en 2013 dans le but de construire un réseau commercial et d’infrastructures reliant l'Asie à l'Europe et à l'Afrique, fait partie de la réponse chinoise à la mondialisation.

Selon le rapport annuel du Forum de Boao sur le développement des économies émergentes, ce programme a favorisé la coopération économique et commerciale et a offert une nouvelle façon de lutter contre la tendance antimondialisation.

Plus de pertes ni de perdants

Le Forum de Boao aborde également les défis liés à la mondialisation économique, comme l'écart si redouté entre les gagnants et les perdants.

Selon Yao Zhizhong, directeur adjoint de l'Institut d'économie et de politique mondiales de l'Académie chinoise des sciences sociales, c’est la manière dont un pays accueille des personnes et des industries qui sont des perdants de la mondialisation qui détermine l’intégration de celles-ci.

D'une manière générale, la mondialisation est bénéfique aux économies émergentes, et ses progrès dépendent de la gestion des effets négatifs, a-t-il souligné.

Il n'y a pas de perdants dans la mondialisation, a pour sa part déclaré Jin Liqun, président de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures.

« Accuser la mondialisation ne sert les intérêts de personne », a ajouté M. Jin. Bien que l'étendue des avantages puisse varier, un dialogue ouvert peut améliorer la compréhension mutuelle.

La mondialisation, a-t-il encore déclaré, est un processus naturel, mais les pays doivent améliorer leurs politiques intérieures.

 


Source: china.org.cn
Mis à jour le 27-03-2017