Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

 

 

 

Les Etats-Unis ont peu à gagner avec une guerre commerciale

Y aura-t-il une guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances commerciales du monde ? Alors que le gouvernement Trump a pris ses fonctions aux Etats-Unis, l'anxiété se répand parmi les hommes d'affaires et de nombreuses personnes estiment que le duel avec la Chine est inévitable et imminent.

Vendredi, au cours de son discours d'investiture, Donald Trump n'a montré aucun recul dans son agenda populiste sur le commerce, l'immigration et la réduction des engagements à l'étranger : « Chaque décision sur le commerce, les taxes, l'immigration, les affaires étrangères bénéficiera aux travailleurs américains et aux familles américaines. Nous devons protéger nos frontières des ravages d'autres pays produisant nos produits, volant nos entreprises et détruisant nos emplois », a-t-il ainsi déclaré.

S'il pense vraiment ce qu'il dit, combien de liens commerciaux réguliers seront affectés ? Personne ne peut le dire. Cependant, les hommes d'affaires chinois peuvent utiliser ce moment pour réfléchir à ce qu'ils ont à perdre et à gagner d'une potentielle guerre commerciale.

Tout d'abord, qu'auraient-ils à perdre ? Si une augmentation systématique des droits de douane survient, les entreprises chinoises perdront alors beaucoup des commandes pour des biens qu'ils ont envoyés sur le marché américain au cours de la dernière décennie.

Que gagneront-ils ? Certains de ces produits utilisent des matériaux importés, comme du minerai de fer, et ne réalisent en réalité pas un profit très important. Ils pourraient même avoir une valeur négative sur le plan environnemental. Les responsables de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) pourraient donc être reconnaissants envers l'administration Trump, d'aider la Chine à se décharger plus rapidement de ses capacités industrielles obsolètes et non-durables.

Les dirigeants d'entreprises chinoises pourraient également utiliser cette opportunité pour solliciter davantage d'exemptions fiscales et de politiques préférentielles et se tourner vers la production de produits plus compétitifs. Avec les bonnes mesures de soutien, les larges réserves de la Chine pourraient être utilisées pour un nouveau cycle d'investissement industriel.

Le moment est opportun pour mettre à niveau le secteur industriel, avec quelque sept millions de diplômés universitaires (plus de la moitié de sa nouvelle force de travail) rejoignant chaque année le marché de l'emploi.

Dans le même temps, la monté des coûts de main d'œuvre ne permet plus le genre de production qui était répandue en Chine il y a une décennie.

Deuxièmement, quelle réaction y aura-t-il ? Aucune guerre n'est unilatérale. Le gouvernement chinois adoptera des contre-mesures et les entreprises locales trouveront davantage d'opportunités de substitution des importations dans les secteurs sélectionnés.

Et si une guerre réelle est engagée dans le sillon d'une guerre commerciale, cela créera seulement davantage de commandes pour les entreprises locales dans le domaine de la défense.

Troisièmement, quel coût devra supporter la nation belliciste ? Chaque guerre a un coût. Et les guerres commerciales peuvent facilement avoir l'effet inverse que prévu, particulièrement pour une économie plus avancée. Si une forte protection est nécessaire pour que les usines américaines produisent des biens identiques à ce qui peut être fait aussi bien en Chine ou au Mexique, cela nuira - plutôt que bénéficiera – à la compétitivité de l'économie américaine.

Une protection temporaire pourrait certes être nécessaire, pour que les travailleurs changent d'emplois et que les entreprises produisent de nouveaux produits, mais cela tuerait à petit feu l'entrepreneuriat.

Dans le futur marché mondial, les entreprises américaines ne peuvent pas être compétitives en produisant des choses qui peuvent être faites dans de nombreux pays en développement. Même les entreprises chinoises ne peuvent pas se permettre de penser de cette façon, maintenant que ses salaires sont supérieurs à d'autres pays asiatiques.

C'est aux dirigeants d'indiquer dans quels domaines l'économie américaine bénéficiera de sa future compétitivité.

Quatrièmement, la nation belliciste réalisera inévitablement des pertes : une guerre commerciale pourrait avoir les effets inverses que prévu, car elle détournera les clients potentiels d'un pays, dont la population atteint les 1,3 milliard d'habitants. De nombreuses marques internationales ont bénéficié de leurs ventes en Chine. Il serait insensé de refuser aux marques américaines l'opportunité de faire de même.

Et de toute façon, quel est le but d'une guerre commerciale ? S'il s'agit pour la Chine d'acheter plus de produits « Made-in-the-U.S. », pourquoi quelqu'un - et particulièrement quelqu'un qui se revendique comme un homme d'affaires - s'engagerait-il dans une guerre commerciale ? Ce que font les vrais hommes d'affaires, c'est négocier et obtenir la meilleure affaire possible.

Et effectivement, Trump a un jour déclaré que tout était négociable. A quoi servira donc une guerre commerciale ?



Source: china.org.cn
Mis à jour le 25-01-2017