Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

Les nouveaux objectifs de la Chine visent 150 000 km de voies ferrées d'ici 2020

La Chine a annoncé mercredi 29 juin de nouveaux objectifs pour son plan global de long terme pour le réseau ferroviaire, visant un réseau ferré de 150 000 kilomètres d'ici 2020.

Le plan a été approuvé lors d'une réunion du Conseil d'Etat présidée par le premier ministre Li Keqiang.

Cela confirme le statut des voies ferrées en tant que moyen de transport clé et grand secteur de développement de l'économie chinoise.

Le plan prévoit une construction ferroviaire plus équilibrée pour accroître l'accessibilité au réseau dans le pays, et s'engage à construire un réseau global combinant les transports ferroviaire, routier, fluvial, maritime et aérien.

« Nous avons encore pour tâche urgente de développer les chemins de fer dans le pays. Ils sont vitaux pour l'économie nationale », a déclaré le premier ministre.

Par rapport aux pays développés de taille similaire, la longueur du réseau ferré en opération en Chine n'est toujours pas suffisante, a affirmé le premier ministre. La construction ferroviaire est importante pour la stabilisation de la croissance économique et pour la réforme structurelle, en particulier en Chine centrale et occidentale, a-t-il ajouté.

A la fin de l'année dernière, la Chine comptait 121 000 km de lignes ferroviaires en opération, y compris 19 000 km de voies ferrées à grande vitesse, selon la Commission nationale du développement et de la réforme.

En 2008, la CNDR a publié un plan ferroviaire national visant la construction d'un réseau ferroviaire en opération de plus de 120 000 km d'ici 2020.

Le plan approuvé mercredi dernier est une révision du plan de 2008 et vise à la construction d'un réseau de 150 000 km d'ici 2020. Sur ce total, 30 000 km seront des voies à grande vitesse.

Les mesures clés comprennent l'extension du réseau ferroviaire à grande vitesse reliant les grandes villes et autres zones urbaines à huit lignes de chemin de fer qui traversent le pays du nord au sud et huit lignes allant d'est en ouest.

Le réseau ferroviaire interurbain sera également renforcé.

Lorsque le plan sera achevé, il sera possible de voyager en train entre les grandes et moyennes villes voisines en une à quatre heures.

Le plan prévoit également d'augmenter la construction ferroviaire en Chine centrale et occidentale.

Un développement ferroviaire global est vital pour la Chine dans le maintien de la croissance stable et pour la réforme structurelle, a déclaré Li Keqiang.

« Nous devons chercher à innover dans le développement du projet ferroviaire national, en ayant à l'esprit les implications sociales et économiques. Ce nouveau plan doit être attentivement élaboré à l'avance, en tenant compte non seulement de la demande, mais aussi de la faisabilité en termes financiers », a souligné M. Li.

La Chine dépensera 800 milliards de yuans (120,5 milliards de dollars) cette année dans la construction de chemins de fer, a indiqué Wang Dongming, directeur adjoint de l'Institut global des transports de la CNDR.

L'extension du réseau ferroviaire est une forme d'investissement en capital fixe pour remédier au ralentissement de la croissance économique, en offrant davantage de possibilités d'emploi et en réduisant les coûts de logistique, a déclaré M. Wang.

« Le gouvernement central veut équilibrer le développement régional, et les régions moins développées bénéficieront du nouveau plan avec un plus grand accès aux lignes ferroviaires pratiques », a-t-il ajouté.



Source: china.org.cn
Mis à jour le 01-07-2016