Accueil

 

     

 

 
 
 

Dossiers spéciaux

 
 
 
                

Zhai Jun : Les entreprises françaises doivent saisir les opportunités
HU YUE, membre de la rédaction

Ces dernières années, les relations bilatérales sino-françaises de plus en plus étroites font germer de nouvelles formes de coopérations entre les deux pays. Avec la visite d'État du président chinois en France en 2014, puis celle de son homologue français en Chine en 2015, les visites de haut niveau se sont succédées entre ces deux pays. À la fin de l'année dernière, le président Xi s'est rendu en France pour participer à la Conférence de Paris sur les changements climatiques. Les premiers ministres des deux pays ont eux aussi effectué des visites réciproques. Des échanges de haut niveau qui ont porté leurs fruits.

Au moment où Zhai Jun, ambassadeur de Chine en France, rentrait en Chine pour les sessions annuelles de l'APN et de la CCPPC, nous l'avons interviewé pour en savoir plus sur la situation actuelle et les perspectives d'avenir entre la Chine et la France. M. Zhai est le 11e ambassadeur de la République populaire de Chine en France, l'ancien directeur général du Département Asie et Afrique du ministère des Affaires étrangères et l'ancien vice-ministre des Affaires étrangères.

La coopération Chine-France : une grande marge de développement

Au sujet des échanges accrus entre la Chine et la France en 2015, M. Zhai affirme : « Depuis toujours, la coopération sino-française progresse en profondeur autant qu'en envergure dans de nombreux secteurs, et une grande importance a été attachée à la coopération sur les grands projets. » Et d'ajouter : « Lors de la visite d'État de François Hollande en Chine l'année dernière, les coopérations sur ces projets de première importance étaient le sujet essentiel entre les deux dirigeants. La coopération se développe progressivement dans ces secteurs et cela stimulera la mise en valeur du potentiel de coopération entre nos pays. »

Il a ensuite évoqué les projets importants entre la Chine et la France qui couvrent des domaines tels que l'aéronautique, l'aérospatiale et l'énergie nucléaire. Dans le domaine aéronautique, la Chine qui importe traditionnellement des Airbus, a établi avec la France une entreprise à Tianjin qui fabrique des Airbus A320. Airbus Industries y applique aussi de nouveaux projets de recherche-développement et fabriquera des avions gros-porteurs plus avancés. Dans le domaine aérospatial, les deux pays coopèrent à la fabrication et au lancement de satellites.

La Chine et la France ont déjà établi une tradition solide de collaboration dans le secteur de l'énergie nucléaire. La Chine a importé des technologies et des équipements français pour sa centrale de la Baie Daya, dans le Guangdong. La construction des deux réacteurs nucléaires à Taishan (Guangdong), basés sur la technologie française de l'EPR, se poursuit avec succès, et ils devraient être raccordés au réseau vers la fin de cette année. « Grâce à la technologie de l'EPR, la France, la Finlande et la Chine ont entamé la construction parallèle de réacteurs nucléaires. La Chine a commencé ce projet plus tard, et pourtant il semblerait que ces réacteurs entreront en service les premiers. Une coopération prometteuse », déclare-t-il.

La transformation du développement économique chinois dégage une complémentarité réciproque entre la Chine et la France. Zhai Jun parle ici à titre personnel : « Avant, sur le plan économique et commercial, nos deux pays s'engageaient dans la coopération surtout dans les grands projets, les hautes technologies, l'agriculture, l'investissement et le tourisme. Ceux-ci se sont bien développés. Désormais, la Chine est entrée dans une période de transformation et de montée en gamme, elle a besoin de plus d'investissements afin de stimuler sa demande intérieure. En même temps, en mettant l'accent sur un développement vert et durable, la Chine attachera une plus grande importance à la protection de l'environnement, et c'est là un des points forts du savoir-faire français. La construction de villes écologiques en France apporte une expérience précieuse à la Chine. »

Alors que certains entrepreneurs français exprimaient leurs doutes vis-à-vis de l'environnement économique chinois pour leurs entreprises dans le contexte de la transformation et de la montée en gamme, M. Zhai souligne : « Les entreprises françaises disposent d'un grand espace de développement en Chine, parce que la coopération va encore s'intensifier dans la protection de l'environnement et le développement durable. La Chine offrira de nouvelles opportunités aux entreprises françaises, il faudra les saisir. » Un exemple : alors que la forêt d'immeubles qui foisonne dans les villes chinoises forme de beaux paysages urbains, les réseaux souterrains sont insuffisants et doivent être développés. Un savoir-faire qui existe en France, où le métro parisien continue de se développer. Par ailleurs, dans les domaines liés à l'eau et à la protection de l'environnement, la technologie française peut compter sur un grand marché en Chine. « Vous l'avez compris, la transformation et la montée en gamme de l'économie chinoise créent de nouvelles opportunités à la coopération sino-française », lance-t-il en conclusion.

Les échanges entre les peuples sont aussi importants

Depuis toujours les contacts entre les deux peuples sont amicaux et fréquents. À ce sujet, Zhai Jun fait remarquer : « Les échanges entre les peuples sont aussi importants que les rencontres de haut niveau. »

La France fut parmi les premiers pays occidentaux à établir des relations diplomatiques avec la Chine. En 2014, à l'occasion du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises, Zhai Jun a été nommé ambassadeur de Chine en France. Il raconte : « À peine arrivé à mon poste, j'ai appris qu'une série d'échanges officiels et de festivités se tiendraient entre ces deux pays que ce soit dans les domaines politique, économique, culturel, éducatif, humains ou autres. Une large majorité d'entre eux était organisée par des organisations non gouvernementales. Au début de l'année 2014, environ 300 événements étaient prévus, mais à la fin de l'année, on en a compté plus de 800. Parmi ceux-ci, les échanges non-officiels représentaient une majorité. »

Selon M. Zhai, la Chine et la France sont les représentants respectifs des cultures orientale et occidentale, puisqu'elles possèdent toutes deux une culture riche et qu'elles font la promotion des échanges entre les peuples afin de renforcer la connaissance mutuelle et d'établir des bases bilatérales de développement et de coopération entre les deux gouvernements.

Grand pays culturel, la France occupe une place éminente en Occident. Bien que sa puissance économique ne soit que la cinquième au monde, la France dispose d'un impact important dans la communauté internationale grâce, en grande partie, à sa culture. « J'ai lu beaucoup de romans français dans mon adolescence et actuellement, les jeunes chinois adorent eux aussi la littérature française. Les Chinois aiment acheter des produits de luxe français qui sont eux aussi des véhicules de la culture française », nous confie-t-il.

De plus, affirme M. Zhai, le développement rapide de la Chine suscite l'intérêt des Français qui veulent approfondir leurs connaissances sur sa culture. Au début de cette année, une pièce de théâtre moderne chinoise intitulée Un rêve de millet, inscrite dans le cadre de la « Joyeuse fête du Printemps » du ministère de la Culture, s'est produite en France, racontant en chinois une histoire traditionnelle qui a permis aux Français de mieux comprendre la culture chinoise. Ces échanges culturelspermettent d'approfondir la compréhension mutuelle entre les deux peuples et de renforcer l'amitié qui lie la Chine à la France.

« La coopération entre les deux gouvernements promeut les échanges entre les peuples. En revanche, sans échanges entre les peuples, il manquerait une base solide pour la coopération entre les deux pays, ajoute-t-il. En outre, si les relations bilatérales sino-françaises se sont bien développées, cela s'explique par de nombreuses raisons, comme par exemple les besoins économiques et politiques de l'un et de l'autre ; mais le plus important reste l'affection mutuelle qu'éprouvent les peuples et leur intérêt pour la culture de l'autre. »

Concernant des reportages négatifs sur la Chine dans certains médias français, Zhai Jun explique : « Les régimes sociaux, systèmes de valeurs et idéologiques différents font qu'il est nécessaire de mieux nous connaître et de souligner ce qui nous rapproche plutôt que ce qui nous sépare. C'est l'histoire chinoise qui a décidé du régime social et de l'idéologie qui a cours chez nous. C'est le choix de notre peuple. La France, patrie de la Révolution et du soulèvement de la Commune de Paris, possède elle aussi son histoire propre. La Chine n'a jamais demandé et ne demandera jamais à la France de changer son régime social et nous aimerions que la France respecte de même celui de la Chine. Nous recherchons l'identité de vues en mettant de côté les divergences entre nos deux pays. »

Selon M. Zhai, citant une enquête menée en France par une société d'études de marché chargée d'étudier les sujets communs à la Chine et la France, on peut trouver bien des divergences de vue sur certains sujets. Heureusement, les deux pays partagent aussi des opinions communes sur la culture, la coopération économique et commerciale, la mode chinoise, la politique d'ouverture chinoise. Par conséquent, conclut-il, « Je propose de rechercher davantage l'identité de vues en mettant de côté les divergences. La Chine s'abstient de faire du tapage autour des divergences entre les deux pays. Par ailleurs, les médias de nos pays ayant des modes de fonctionnement différents, il nous reste beaucoup à faire dans ce domaine. »

Un grand espace de coopération internationale

Selon M. Zhai, en tant que grands états responsables et membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la France exercent une influence importante parmi la communauté internationale. Les deux pays disposent de nombreuses opportunités de coopération sur les problèmes internationaux les plus urgents. « Par exemple, la coopération sino-française a été un facteur important de la réussite de la Conférence de Paris sur les changements climatiques en 2015. Le président Xi Jinping y a participé personnellement et son homologue français François Hollande a formulé un message spécial pour remercier la Chine de sa contribution remarquable », rappelle-t-il.

Avant de se rendre en France, Zhai Jun travaillait aux affaires africaines. Selon lui, en tant que principal partenaire, la France exerce une grande influence sur l'Afrique, vu que presque la moitié de la population africaine est francophone. Quant à la Chine, sa coopération avec l'Afrique n'a connu un développement rapide que depuis ces dernières années. « Auparavant, la Chine et la France nourrissaient des doutes l'une envers l'autre en ce qui concerne la coopération avec l'Afrique. Mais actuellement, elles sont parvenues à s'accorder sur une coopération tripartite. » M. Zhai a estimé que parmi tous les accords signés par le premier ministre Li Keqiang lors de sa visite en France en 2015, deux déclarations conjointes sont les plus importantes : la Déclaration conjointe sur les partenariats franco-chinois en marchés tiers et la Déclaration conjointe sur l'approfondissement de la coopération franco-chinoise sur l'énergie nucléaire civile. « En vertu de ces deux déclarations, la Chine et la France vont approfondir leur coopération tripartite qui inclut le peuple africain, basée sur les intérêts africains et visant une coopération bénéfique à tous », affirme-t-il.

De plus, la Chine et la France poursuivront le renforcement de leur coopération contre le terrorisme. En 2015, après deux attentats terroristes à Paris, la Chine a immédiatement exprimé son appui et sa sympathie envers le peuple français, et le président Xi Jinping a tout de suite adressé un message de solidarité à son homologue François Hollande. En tant qu'ambassadeur de Chine en France, Zhai Jun a participé à la manifestation anti-terroriste qui s'est tenue à Paris. « La Chine et la France coopèrent déjà dans la lutte contre le terrorisme et elles poursuivront cette coopération dans le futur », conclut-il.





Source: La Chine au Présent
Mis à jour le 20-04-2016