Accueil

 

     

 

 
 
 
 

Actualités

 
 
 
                 

 

E-commerce en Chine : l'attractivité retrouvée des zones rurales

Beijing - Chaque jour, Chen Yandong gère des dizaines de paquets pour les résidents du village de Gaozhai dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine).

Des appareils tels que les réfrigérateurs et climatiseurs, aux nécessités quotidiennes comme les rasoirs et le dentifrice, Chen est surpris par la manière dont les villageois tire à distance le meilleur parti de leur connexion Internet et ajouter un confort à leur quotidien.

«Les gens sont heureux d'avoir accès à de bons prix et des produits de qualité provenant de fournisseurs en ligne», a-t-il déclaré.

Le commerce électronique contribue à revitaliser les villages ruraux chinois, abritant la moitié de la population du pays. Il est également apparu comme un nouveau moteur de croissance des dépenses de consommation dans la deuxième plus grande économie mondiale.

La Chine représente aujourd'hui le plus grand marché du commerce électronique du monde. Leurs revenus augmentant, la croissance des achats de détail en ligne par les acheteurs ruraux a dépassé leurs homologues urbains.

Les résidents ruraux ont dépensé 894 54 milliards de yuans (131,47 milliards de dollars) en ligne en 2016, soit 17,4% du total de la nation, selon les données du ministère du Commerce.

L'e-commerce ouvre également les portes de l'immense marché rural pour les entreprises et agriculteurs.

Alibaba, qui a commencé en 2014 une stratégie rurale sur Taobao, sa célèbre plate-forme de vente, a mis en place des centres de services locaux dans près de 30 000 villages répartis dans 700 comtés pour soutenir ses activités en ligne et offrir des services de distribution dans les zones rurales.

Pour répondre à la demande croissante, le géant du commerce électronique JD.com a étendu sa main-d'œuvre à plus de 300 000 personnes dans les campagnes.

Les agriculteurs ont également engrangé de beaux profits de la vente de produits haut de gamme en ligne.

Li Chunwang, du comté de Wugong dans la province du Shaanxi, a mis en place une coopérative qui achète des fruits auprès des paysans pour les revendre sur le Net. Il a dans un premier temps enregistré un revenu annuel d'environ 3 millions de yuans, puis en 2016, le chiffre a grimpé à plus de 300 millions de yuans.

La ville de Donggang dans la province du Liaoning (nord de la Chine) est réputée pour ses fraises. En 2016, plus de 80% des fraises et produits liés ont été vendus en ligne. Au cours du premier trimestre de cette année, les gains ont atteint 1,2 million de yuans.

Pour Tian Yihong, secrétaire du parti du comté de Wugong, le commerce électronique a donné à l'agriculture locale un coup de pouce et les agriculteurs ne restent plus coincés à l'extrémité inférieure de la chaîne de valeur.

Le gouvernement a réitéré l'aide à l'e-commerce dans les zones rurales sous-développées. Le ministère du Commerce avait annoncé en octobre 2016 : «Un soutien politique sera accordé aux petits détaillants en ligne pour réduire leurs coûts d'exploitation.»

Dans le cadre de l'objectif du gouvernement chinois de tout faire pour éliminer la pauvreté d'ici 2020, plus d'un millier de villages «Taobao» ont été créés au cours de la dernière décennie.

En 2016 le chiffre d'affaires en ligne dans 105 comtés touchés de plein fouet par la pauvreté, y compris les districts modèles salués par le ministère du Commerce, a atteint en moyenne 220 millions de yuans.

Le commerce électronique joue un rôle clé dans la réduction de la pauvreté, où il ne suffit pas de seulement donner un poisson à celui qui a faim, mais aussi de lui apprendre à pêcher, a déclaré Liu Qiangdong, président de JD.com.

L'an dernier, le nombre de propriétaires d'entreprises en ligne dans le secteur rural a dépassé les 8,11 millions, avec la création de plus de 20 millions d'emplois.

Le pays compte aujourd'hui 201 millions d'internautes ruraux, représentant 27,4% du total de la population.

En Chine, le commerce électronique a changé le quotidien des résidents ruraux et leur façon de penser. Inspirés par cette bonne dynamique, il est bon de voir des gens talentueux retournés dans leur ville natale pour démarrer de nouvelles entreprises, a expliqué Li Yongjian de l'Académie chinoise des sciences sociales.




le Quotidien du Peuple en ligne
Mis à jour le 12-07-2017